L’entreprenariat est une drogue !

oct 5, 2007   //   by Benoit (Boatiful)   //   Notre petite entreprise  //  8 Comments

Voilà maintenant plus de 6 mois que je travaille dessus, j’y ai dépensé beaucoup d’énergie, de temps mais j’ai également été confronté à beaucoup de nouvelles difficultés, de déceptions et de craintes. Mais une fois enclenché : l’envie de créer, d’innover et de se démarquer est toujours plus forte et tout cela m’a permis de ne pas baisser les bras quand je me suis retrouvé seul dans mes reflexions ou face à des choix impossibles. L’entreprenariat est une véritable drogue avec des périodes de suractivité intense, des périodes de doutes et de flou bien noir…Mais moi, j’adore ça !

Aujourd’hui, je pose enfin la première pierre de ce nouveau projet, et comme tout n’est encore complètement réglé vous n’en saurez pas plus.

Fin de l’histoire et début d’une nouvelle aventure au plus tard le 15 novembre…;-)

Salon Nautique de Cannes

8 Comments

  • Pareil ! :-)

    C’est vraiment une drogue, et je ne comprend toujours pas ce qui motive vraiment ?!? Pas l’argent, pas le pouvoir… Autre chose, mais quoi ?

    Peut-être la liberté de se retrouver seul face à ses choix, comme tu l’exprimes si bien…

    Bon courage pour tous les trucs qui vont arriver après la première pierre et qu’on ne peut pas savoir ! :-)

  • Bon alors il est tard, mais je me lance quand même… est-ce que les hommes n’ont pas toujours cherché au travers de la création d’entreprise à combler leur besoin de création tout court, chose que les femmes recherchent moins étant donné que biologiquement elle portent en elles le don de création.
    L’entreprenariat donne une extrême sensation de liberté, mais elle est aussi aliénante qu’une drogue effectivement. Il est clair qu’il y a de la passion là-dedans. Mais j’ai l’impression que les motivations des hommes changent, il y a effectivement moins cette recherche de pouvoir et d’argent qu’il y a une ou deux génération.
    Vaste débat, en tout cas Benoît, fais gaffe au bad trip ;-)

  • Merci à tout les deux pour ces commnetaires de deux entrepreneurs plutot créatifs, passionnés et surtout passionnants ;-)
    Pierre Olivier > Jeudi je pose déjà la seconde pierre….
    Julie > Effectivement, il y a peut être chez nous les hommes, le besoin de créer, de se dire que nous avons nous aussi donné vie à notre entreprise de nos mains….Moi il est trop tôt…3H du mat…Tu es un peu décalée en ce moment non?

  • décalée moi, non c’est assez classique ;)

  • Nous ne pouvons nous lancer dans de telles aventures sans une passion addictive qui nous laisse souvent seul devant nos choix, nos doutes, nos angoisses. Mais l’envie d’avancer, de progresser et de créer est plus forte que tout, alors oui, c’est une véritable drogue qu’il est parfois difficile de faire partager avec son entourage.
    Un indice sur ton projet… ;-) ?

  • Est-ce que je suis censé deviner quelque chose aussi ou je n’ai aucun élément d’info pour cela ?

    En tout cas, l’entreprenariat est pour moi un peu comme l’oxygène : on en a besoin pour vivre et il nous détruit aussi à petit feu …

    J’ai rencontré samedi une entrepreneuse de 46 ans qui a fondé et developpé un business depuis 6 ans et qui raccroche pour sauver son couple en vendant son business au plus offrant. Elle repart dans le salariat. Cela fait 6 ans qu’elle travaille à plus d’heures. Elle adore pourtant ce qu’elle fait mais elle pense que 6 ans, c’est pas mal et qu’elle commence à être un peu âgée. Maintenant, certains disent qu’il est très difficile ensuite de ne pas céder à la tentation de recommencer si une occase se représente…

    Pour ma part, je ne veux pas regretter par la suite de ne pas avoir vu mes enfants grandir. J’avais donc participé à un salon samedi (300 euros de ma poche) mais j’ai compris que je me fourvoyais et que cela était bien plus "rentable" de passer le dimanche avec mes enfants plutôt qu’à essayer de récuperer deux francs 6 sous pour mon entreprise en essayant à tout prix de rentabiliser un mauvais investissement . A un moment, il faut oser couper l’arrivée d’oxygène …

  • Peut-être juste une soif d’apprendre, de se dépasser, de voir jursqu’où on est capable d’aller.Et surtout construire pour pouvoir ensuite partager

  • Oui…une fois qu’on a mis le pied dans l’entreprenariat, difficile d’en ressortir.
    De mon côté, je ne me suis jamais retrouvé dans le salariat…et la création d’entreprise est là où je prends mon pied! :)

Leave a comment